fbpx

Caribeart

Webmagazine about Caribbean Arts. Don’t miss out our news : Sign up

ADVERTISE           CALL FOR SUBMISSION           DONATE ♥︎ 

Découvrez Aeron Cargill, un artiste jamaïcain, né et élevé à St Andrew. Ses séries sur la nature anthropomorphique, qui entrelacent animaux et humains, témoignent de son style unique. Aeron s’inspire d’Isaac Mendes Belisario qui ” a créé une version surréaliste du vieux monde jamaïcain, qui est fantaisiste mais qui fait allusion à la triste réalité du colonialisme en Jamaïque “, dit-il. Il y a une atmosphère atypique dans cette série, avec une qualité émotionnelle, qui soulève la question de l’héritage de l’esclavage et de sa signification dans le contexte actuel.

C – Qui est Aeron Cargill ? Quand avez-vous commencé à faire de l’art ? Parlez-moi de vous.

A – J’avais un intérêt naturel pour les arts visuels et donc dès mon plus jeune âge, j’ai pratiqué et développé mon talent simplement pour le plaisir, puis c’est devenu une partie de mon identité et ensuite ma quête séculaire. Je ne me suis jamais imaginé faire autre chose comme travail et mon travail m’a valu une bourse d’études à l’Université des Antilles en 2001 car j’ai obtenu la meilleure note des Caraïbes pour les arts visuels 2D aux examens CXC.

C – Vous avez un style unique. Qu’est-ce qui t’inspire ? Quelle est votre principale inspiration artistique ?

A – J’ai eu de nombreuses inspirations au fil des ans, mais la plupart d’entre elles se trouvent dans les œuvres du Caravage, d’Albrecht Dürer, du mouvement romantique du 18e siècle, de Gustave Doré, et dans certaines œuvres pop surréalistes modernes de Mark Ryden et d’autres, ainsi que dans des films comme Lemony Snicket. J’utilise certains des langages visuels appris de ces diverses sources et les applique aux thèmes des Caraïbes. Ma femme est également une source d’inspiration en raison de son éthique de travail et de son esprit positif. Ma principale inspiration réside dans l’amour du fantasque, l’humeur que l’on ressent lors du premier jour de pluie que l’on a depuis longtemps. Ou encore dans le brouillard et la brume d’endroits comme Portland Gap (dans le parc national des Blue and John Crow Mountains), Bogwalk gorge (ville de la Jamaïque), et quelque part dans le pays des cockpits, tous en Jamaïque.

Drawing step by step – Aeron Cargill

C – Comment la culture des Caraïbes influence-t-elle votre travail artistique ? Vous semblez être un artiste dévoué. Quel message voulez-vous partager avec vos peintures ?

A – À travers mon travail, j’aimerais attirer l’attention du spectateur sur les aspects positifs de notre passé. Dans l’art caribéen que j’ai vu depuis longtemps, de nombreux thèmes sérieux ont été abordés avec succès et les aspects positifs sont moins nombreux. Mon intention est donc de produire des œuvres qui nous rappellent que nous avons beaucoup de raisons d’être reconnaissants malgré les aspects négatifs de l’histoire.

C – Pouvez-vous m’expliquer votre parcours professionnel ? Etes-vous en Floride ? Quel est votre travail actuel ? Quels sont vos projets futurs ?

R – Je réside actuellement en Floride, et je travaille en tant qu’illustrateur indépendant pour des livres pour enfants, des magazines, et je fournis également du concept art pour divers types de projets. Je fais également du travail de conception graphique, comme la création de marques et plus encore. Idéalement, j’aimerais rester freelance et faire davantage d’illustrations éditoriales, de portraits et de dessins.

Je suis également en train d’expérimenter des illusions d’optique de fabrication traditionnelle, une nouvelle façon passionnante de plonger les amateurs d’art dans mon univers. Mes projets futurs comprennent également le lancement de deux livres basés sur la culture jamaïcaine. Le premier, intitulé Illustrated Jamaican Proverbs and Sayings, interprète les proverbes de manière hilarante tout en enseignant le patois et les leçons de vie qu’ils contiennent. L’autre, qui m’emballe, eh bien, vous et votre public devrez me suivre sur Instagram pour le découvrir en temps voulu.

Caricature de King Bach – By Aeron Cargill

C – Quelle est l’œuvre d’art préférée que vous avez réalisée ? Pourquoi ?

Ma préférée est la pièce suivante, mais Dr. Bird est ma préférée parce que personne ne semble se soucier du fait que je l’ai peinte avec Photoshop, ce qui montre, je crois, que la peinture numérique est de moins en moins stigmatisée en tant que moyen d’expression artistique à part entière. C’est aussi l’aboutissement d’années de recherche de mon style personnel et cela me rassure de savoir qu’il existe un public qui apprécie l’esthétique visuelle et le sens du merveilleux qui m’intéressent.

C – Avez-vous déjà organisé des expositions ? Si oui, où, quand ? Y a-t-il des expositions à venir ?

R – Aucune exposition solo n’est prévue pour le moment, mais j’espère participer à quelques expositions et concours ici aux États-Unis. J’ai participé à un certain nombre d’entre elles au fil des ans, notamment au concours et à l’exposition d’art visuel national du JCDC et à l’exposition biennale organisée par la Galerie nationale de la Jamaïque entre 2007 et 2014.

Aeron nous donne une bouffée d’air frais, avec son interprétation de notre passé commun caribéen : l’esclavage. Grâce à lui, nous pouvons mettre des mots et des images sur des sentiments, et prendre le meilleur de tout cela : nous, notre culture mixte.

Suivez Aeron sur ses réseaux sociaux >

Instagram

Website

Youtube

Vous avez aimé cet article ? Faites-le nous savoir !

TAG :

#Caribeart #CaribbeanArtist #Caribbean #Caribe #Aeron #Cargill #AeronCargill #Antilles #Jamaica #StAndrew #Saint #Sint #Andrew #Man #Men #Slavery #Colon #Colonialism #History #Art #Artistes #Artist #Digital #Blog #Magazine #Mag #Webmag #Nouveau #New #English #French

Recommended Reads
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *