fbpx

Caribeart

Webmagazine about Caribbean Arts. Don’t miss out our news : Sign up

ADVERTISE           CALL FOR SUBMISSION           DONATE ♥︎ 

Patricia Encarnacion est une artiste multidisciplinaire afro-caribéenne, une activiste et une universitaire vivant dans le Bronx, à New York. Le pilier qui soutient les idéologies derrière son travail est le désir de raconter des histoires inédites dans les Caraïbes, qui ont été réduites à un espace incapable de créer des connaissances tout en servant de destination de vacances. Encarnacion vise à dépeindre un discours qui encourage la construction de ponts pour la communauté diasporique des Caraïbes et de la République dominicaine en particulier. Elle utilise l’esthétique des objets, des paysages et des corps quotidiens des Caraïbes comme véhicule visuel pour créer ses images et démonter davantage les histoires biaisées et les rôles sociaux imposés. Nous avons eu le plaisir d’échanger avec Patricia pour plonger dans sa pratique artistique pour la dernière série d’interviews de Caribeart.

Série: El negro detrás de la oreja.
Un petit hommage à mes cheveux longs disparus depuis longtemps.
Ayant grandi avec un salon dans le patio de ma maison et ma mère étant une salonera, cette phrase résonne si profondément…
oh, les souvenirs de ces dimanches après-midi, moi fuyant les cris de ma mère m’appelant pour me faire coiffer, sont comme des cauchemars que je ne voudrais pas raviver.
C’est fou comme quelque chose d’aussi superficiel mais en même temps si personnel que les cheveux peut être une telle source de traumatisme pour tant de femmes noires ici…
___________

C – El Negro Detrás de la Oreja (Le Noir derrière l’Oreille) est une série puissante dans laquelle vous avez créé des pièces de porcelaine qui mettent en évidence l’influence du récit colonial sur la culture des Caraïbes, malgré des racines africaines et taïnos. Quel a été votre processus de réflexion et de recherche contextuelle derrière cette série ?

P – Cette série a commencé avec le sentiment que le poème “El Negro Detrás de la Orjea” de Juan Antonio Alix a produit en moi lorsque je l’ai lu pour la première fois. Avec sa Décima (forme de vers poétique), ce poète dominicain gronde son peuple pour son empressement à renier avec ferveur ses racines africaines, noires. J’ai été frappé de voir à quel point ce poème du 19ème siècle était toujours aussi pertinent, et en 2014, j’ai décidé de commencer cette série avec des céramiques et de la porcelaine puisque c’est un matériau que les trois principaux groupes ethniques qui soutiennent la culture dominicaine utilisaient. Je cherche à démontrer comment ces récits coloniaux ont encore un impact sur le comportement quotidien de mon peuple. Et même si la plupart de notre vie quotidienne est influencée par notre héritage africain et taino, nous insistons pour ne reconnaître que les racines européennes. La langue et les objets du quotidien sont mes véhicules pour entrer en contact avec mon public. Je contextualise ces éléments pour inviter à la réflexion sur ces comportements coloniaux et en même temps célébrer le bel héritage (langues, esthétique, habitudes, etc.) que nos ancêtres nous ont laissé.

El Negro Detrás de la Oreja (Le Noir derrière l’oreille) vise à valoriser la culture dominicaine en marginalisant les stigmates raciaux et classistes qui perturbent notre société. 
À travers une série d’objets populaires moulés en porcelaine et de photographies, je crée des compositions à l’esthétique minimaliste en interprétant des phrases populaires dominicaines pour dépeindre la “Dominicanidad” dans un contexte décolonial.
Ce projet met en évidence la manière dont la culture des Caraïbes tend à être définie par les voix de ses colonisateurs, excluant ainsi le riche héritage de nos ancêtres africains et tainos.

Il est essentiel de présenter et de préserver la culture et les artistes caribéens pour informer nos contemporains et les générations futures en tant que pratique curatoriale.

C – Vous explorez des questions qui concernent toute la région des Caraïbes en raison de notre histoire coloniale commune, de nos expériences intersectionnelles et silencieuses qui portent de violents stigmates. Pouvez-vous nous parler de la façon dont votre activisme a commencé et de la direction que vous envisagez de prendre, ainsi que de la réaction à votre travail ?

P – Mon activisme a commencé au tout début de ma vie. Il a (malheureusement) commencé comme une forme de rejet et de dissociation de ma propre culture, sans réaliser que ma culture et les pratiques hégémoniques perpétrées par l’État dominicain et le Nord global étaient deux choses distinctes. Une fois que j’ai séparé ces deux choses, l’État et mon identité, j’ai pu orienter mon activisme vers la célébration de la culture caribéenne et m’attaquer aux oppressions systématiques (racisme, misogynie, émigration, etc.) qui m’avaient initialement fait rejeter la culture et même moi-même. L’auto-décolonisation est un processus d’évolution et de croissance qui demande un travail constant. Petit à petit, je continue à enrichir mon vocabulaire et ma pratique anticoloniale, qui est le pilier qui soutient et continuera à soutenir mon activisme et mon travail.

C – “I am From Where You Vacation” est une série à couper le souffle qui remet en question la perception dominante des Caraïbes en tant que “Paradis” et son exotisation. Qu’est-ce qui vous a poussé à créer cet ensemble d’œuvres ? Où trouvez-vous les matériaux pour vos collages ? Avec qui collaborez-vous pour vos photographies ?

P – Merci encore de m’avoir sollicité et d’avoir décrit mon travail de cette façon ; cela me rend humble. “I am From Where You Vacation” est une série qui dérive de ma série “Tropical Limerencia”, où je travaille sur l’idée de l’amour obsessionnel (ou la mauvaise pratique d’aimer) d’un groupe de personnes et d’individus envers d’autres. Dans ce processus d’analyse, je réalise que ces actes de “Limerence” (obsession) s’exercent de manière similaire d’une région à l’autre. J’ai associé cette ligne de pensée à l’idée que les Caraïbes sont un “paradis” et à la façon dont l’industrie du tourisme exploite ce récit. Et en même temps, c’est une rhétorique promue par le monde du Nord pour délimiter la région des Caraïbes à un simple lieu de vacances, positionnant les locaux comme des corps jetables à l’arrière-plan de leur expérience paradisiaque.

Where is paradise?

P – Cette série veut centrer et renforcer les corps qui habitent ces espaces à travers des paysages surréalistes (et parfois absurdes) et démontrer les expériences polarisées qui peuvent être vécues dans les Caraïbes en fonction de l’individu. Je dispose d’une archive d’images que je trouve sur l’internet des campagnes de passerelles et de la manière dont les Caraïbes sont dépeintes lorsqu’elles sont recherchées sur l’internet. Je les place de la manière dont un Caribéen pourrait créer (de son point de vue) ces campagnes.

Processed with VSCO with c1 preset Processed with VSCO with m5 preset

P – Ces compositions étaient initialement destinées à servir de story-boards pour une série de vidéos que j’aimerais réaliser un jour. Au final, cette série critique les élites locales et le type de tourisme pratiqué en République dominicaine, limitant l’accès des locaux à leur propre terre. En même temps, j’explore mon expérience de la façon dont j’ai dû devenir un immigrant pour me permettre d’entrer dans ces espaces, reconnaissant mon privilège tout en exposant comment je ne serai jamais accueilli (ni traité) de la même façon qu’un étranger (blanc).

Mon travail est la contrepartie du quotidien dans lequel j’utilise l’esthétique caribéenne avec laquelle j’ai grandi comme principal langage visuel pour disséquer, comprendre et être en contact permanent avec mon identité. En tant que Dominicaine et femme de couleur, je décode les préjugés construits par la société en questionnant, en analysant et en exposant ouvertement ses origines ; ce qui permet à mon discours de transcender le simple aspect politique pour devenir anthropologique et humaniste. Grâce à ces pratiques, j’ai conclu que mon besoin de rechercher le contexte historique et psychologique “inconnu” de mon identité est ancré dans les nuances de l’esthétique tropicale, la décolonisation et le démantèlement des rôles sociaux et de l’histoire imposés. En tant qu’artiste et designer interdisciplinaire, j’explore ces concepts à travers divers médias tels que la céramique, la photographie et la vidéo. Cela me donne la possibilité d’explorer différents points de vue sur les objets quotidiens, la nature, les corps et les artefacts des Caraïbes.- Patrizia Encarnacion

Suivez Patricia sur les réseaux sociaux >

✽ Instagram

✽ Facebook

✽ Site

Vous avez aimé cet article ? Faites-le nous savoir !

TAG :

#Caribeart #CaribbeanArtist #Caribbean #Caribe  #Photography #Sculpture #Nature #Landscape #Collage #Caribbeanemergingartist #Performance #Objects #WhiteCube #RedefiningArt #Contemporaryart #Queer #Selfdevelopment #Culture #People #Art #Artistes #Artist #Digital #Blog #Magazine #Mag #Webmag #New #English #Espanol


Recommended Reads
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.