fbpx

Caribeart

Webmagazine about Caribbean Arts. Don’t miss out our news : Sign up

ADVERTISE           CALL FOR SUBMISSION           DONATE ♥︎ 

Tony Capellán est né à Tamboríl, en République dominicaine. Formé à la fois comme peintre et graveur, Capellán a commencé à travailler dans les années 1990 dans un format mixte, incorporant des objets trouvés qu’il transforme avec d’autres matériaux tels que la peinture et le fil barbelé.

Mar Caribe est une installation dont les dimensions varient en fonction du placement des objets. Ce changement constant dans la présentation de l’œuvre elle-même reflète sans doute à la fois le changement physique de la mer des Caraïbes et le déplacement social des personnes marginales qui la traversent. L’œuvre se compose de quelque 500 tongs en caoutchouc vert et bleu que l’artiste a trouvées sur les rives de la rivière Ozama en République dominicaine. Ces sandales sont les “restes” des pauvres qui ont traversé cette zone géographique. Elles peuvent être disposées soit en rectangle, soit en cercle, projetant ainsi une vision panoramique de la mer. Capellán modifie les tongs en remplaçant les pièces en caoutchouc qui retiennent les orteils par du fil barbelé. Il inscrit ainsi sa production dans la tradition du “ready-made” duchampien, tout en la subvertissant par sa perspective de post-colonisation. Le fil barbelé est utilisé pour empêcher les gens d’entrer ou de sortir ; il déchire la chair et la fait saigner – un rappel brutal qu’au-delà des belles couleurs bleu-vert des Caraïbes, cette mer et cette région restent des lieux d’exploitation et de souffrance.

Detail: Mar Caribe [Carribean Sea], 1996

Il a étudié à l’Universidad Autónoma de Santo Domingo, où sa pensée a été influencée par l’un de ses professeurs, le poète Pedro Mir, dont l’esthétique fusionnait une perspective post-coloniale avec une spiritualité syncrétique. Capellán poursuit ses études à New York, à l’Art Students League of New York. En 1980, peu après le triomphe de la révolution sandiniste au Nicaragua, Capellán s’est porté volontaire pour participer à leur campagne d’alphabétisation, nouant des amitiés et s’engageant dans des collaborations avec le Comandante Tomás Borge et le poète/prêtre Ernesto Cardenal. Au début des années 1980, l’artiste s’oriente vers l’installation de sculptures avec des objets trouvés et transformés.

Son passage à l’installation reflète son désir de travailler dans un idiome flexible et adaptable qui reflète les questions complexes et polémiques – post-colonialisme, pauvreté, racisme, destruction de l’environnement – qui affectent la République dominicaine, les Caraïbes et l’Amérique latine. Capellán a commencé à participer à des expositions collectives aux niveaux national, régional et international en 1979. En 1992, l’artiste a participé à La Bienal Marginal, une exposition alternative qui protestait contre la nature festive du quincentenaire, organisée par l’artiste et activiste Silvano Lora, et présentée dans les maisons et les rues du bidonville de Santa Bárbara à Saint-Domingue. 1995 a été une année critique avec les expositions personnelles Marcha forzada à la Casa de Bastidas à Saint-Domingue ; Preguntas sin respuestas au Central European Center for Ceramics à Amsterdam, en Hollande ; et Exportadores de almas au Museo de Arte Moderno à Saint-Domingue. Capellán a représenté la République dominicaine à la Biennale de São Paulo en 1994 et à la première Biennale internationale d’art de Johannesburg en 1995. Il vivait et travaillait à Santo Domingo, en République dominicaine, au moment de sa mort.

Vous avez aimé cet article ? Faites-le nous savoir !

TAG :

#Caribeart #CaribbeanArtist #Caribbean #Caribe  #Installations #Sculpture #Nature #Landscape #Artinsitu #Caribbeanemergingartist #Sea #Objects #Caribbeansea #climatechange #Contemporaryart #Environmentalart #Upcycleart #Culture #Recycling #Art #Artistes #Artist #Digital #Blog #Magazine #Mag #Webmag #New #English #Espanol

Recommended Reads
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.