fbpx

Caribeart

Webmagazine about Caribbean Arts. Don’t miss out our news : Sign up

ADVERTISE           CALL FOR SUBMISSION           DONATE ♥︎ 

Marissa Yung Lee est une artiste autodidacte dont le travail consiste principalement en des portraits et des figures vives. L’établissement de liens significatifs avec ses sujets lui a permis de constituer un vaste portfolio, en utilisant l’huile, l’aquarelle, le fusain et le pastel.

Ayant commencé par l’aquarelle, Marissa se concentre aujourd’hui principalement sur l’huile, avec une forte concentration sur l’utilisation impressionniste de la couleur et le travail au pinceau alla prima ainsi qu’au couteau. On peut clairement identifier la qualité évocatrice de ses peintures, une nostalgie et un mystère qui donnent au spectateur l’envie de creuser plus profondément le sujet de son travail.

Marissa a exposé à l’échelle internationale, notamment à la The Art Society of Trinidad & Tobago, à la Rotunda Gallery, à la Horizons Art Gallery et à la Coco Vivo Gallery de Charleston, en Caroline du Sud, pour n’en citer que quelques-unes.

Commissioné 16×20″ huile sur lin brut
“Shakti”
12×16″ huile sur lin apprêté
Modèle: @instishara Tishara Menzies

C’est l’une des premières peintures que j’ai réalisées pour mon exposition personnelle à la galerie d’art Horizons. J’ai fait beaucoup de recherches sur la mythologie et les religions du monde entier et j’ai trouvé des points communs à relier à notre culture locale aux multiples facettes. J’avais à l’esprit que je voulais retrouver le sentiment d’autonomisation d’une peinture précédente intitulée “Vous n’avez aucun pouvoir ici”, mais avec une image complètement différente. Il s’avère que les deux tableaux ont fini par être achetés par le même acheteur. C’est très agréable de savoir qu’elles seront accrochées côte à côte comme des pièces complémentaires par quelqu’un qui les aime vraiment.
“Closer, my dear..”
16×20″ huile sur lin apprêté

Il y a un an, j’ai réalisé un tableau de cette série intitulé “Vous n’avez aucun pouvoir ici”. Cette peinture transmettait une confiance et une intrépidité auxquelles j’attribue entièrement mon modèle, Daviel. C’est fascinant de voir comment un modèle expérimenté comme elle peut projeter quelque chose d’entièrement différent avec un simple mouvement de la tête ou du corps. Sa pose ici semble un peu plus invitante, elle vous attire, vous défie de vous approcher, mais à vos risques et périls. Si quelqu’un ressent une vibration de La Diablesse, je ne serai pas fâché. Si quelqu’un se sent en sécurité dans son invitation, ça ne me dérange pas non plus. J’aime le mystère et les histoires ouvertes.
Du point de vue technique, j’ai aimé revenir à la source de lumière froide et ajouter la lumière d’accentuation chaude de la lanterne. Ces petites relations de température me ravissent. De plus en plus, j’aime aussi peindre des matières blanches et me mettre au défi de transmettre du blanc sans utiliser du blanc pur. Et enfin, je suis heureux d’avoir pu faire un geste dans la main magnifiquement reposée de Daviel. Des petites choses comme ça ajoutent tellement à une image et c’est époustouflant quand les modèles le font si facilement.
The Rasta Girl” 11×14″ huile sur toile

Modèle @melaninnight_
MUA @whitney_trinimua
Photo: Richard Cook
“Jablé Boys”
18×36″ huile sur toile
Modèles: @next_level_devils de droite à gauche- Nathaniel, Malachi, Wyatt, Dante

Jablé – un Diable Bleu ; personnage natif de Mas de #paramin . A ne pas confondre avec le Jab Molassie (Diable de la mélasse) qui est couvert de mélasse, d’huile ou de boue ; le #dévil bleu est couvert de “bleu”, une substance faite de lard fondu et de cubes de bleu de lessive écrasés. Je reviendrai plus en détail sur l’histoire du Devil Mas à une date ultérieure. Pour l’instant, je me contenterai de rappeler cet événement que les Next Level Devils ont organisé pratiquement cette année lorsque le #carnival a été annulé. L’événement, judicieusement nommé “Jablé”, a eu lieu à la place de la compétition annuelle Blue Devil (l’un des meilleurs trésors cachés de Trinidad) et a été diffusé dans tout le pays. Jablé s’est déroulé sur le mont Socolo, l’un des plus hauts sommets de Paramin. Mon neveu Dante a participé avec le Kiddies Band à l’ouverture du spectacle. Les bébés diables, comme j’aime les appeler, canalisent la joie du carnaval sans effort, surtout lorsqu’on leur dit enfin : “Allez, ayez votre pire comportement ; criez, hurlez, dansez, soyez aussi mauvais que vous le souhaitez”. La joie absolue. Ce qui m’a le plus marqué, alors que je regardais, le coeur en fusion, c’est la danse – un saut de côté avec un seul pied – qu’ils ont tous essayé de faire, à l’exception du personnage central, Malachi. Il était probablement le plus jeune des enfants présents, 3 ou 4 ans. Au lieu de danser, il regardait furieusement la foule en essayant clairement de canaliser une attitude qu’il avait observée chez ses aînés. Je dirais qu’il a réussi, et bien qu’il ait peut-être charmé plus de gens qu’il n’en a effrayé, je suis sûr qu’un jour il sera le fléau des diables de Paramin. Une autre chose que j’ai remarquée, c’est la façon dont le bleu avait commencé à fondre sur leurs petits corps scintillants alors qu’ils dansaient au soleil. Le soleil lui-même, bien que brillant, ne m’a pas beaucoup réchauffé, car l’air là-haut était assez froid. Lorsque les enfants ont terminé leur spectacle, Dante et moi nous sommes assis sur l’herbe, nous serrant l’un contre l’autre pour regarder le reste du spectacle, tous les deux heureux comme l’enfer et extrêmement chanceux.
“Dolly Ma”
12×16″ huile sur toile apprété
D’après Amanda, le personnage de la Babydoll du carnaval est apparu au moment de la Première Guerre mondiale à Trinité-et-Tobago et était à l’origine joué par des hommes dans le but de se moquer des mères célibataires, dont certaines avaient peut-être été abandonnées par les soldats américains. Le personnage porte généralement une poupée pour représenter l’enfant illégitime et accoste des hommes au hasard de la mascarade pour obtenir du lait et de l’argent pour les couches dans une mascarade visant à faire de l’humour. Amanda T. McIntyre, en sa qualité d’activiste, de chercheuse, d’artiste de la performance et d’historienne, a pris son personnage de Babydoll dans une direction différente. Dolly Ma est une célébration de la force des mères célibataires et elle pétitionne en leur nom pour déstigmatiser ce type de cellule familiale. Je trouve fascinant que des artistes réimaginent, réinventent et insufflent leur propre créativité dans des idées établies, et ceci est un exemple idéal. Ici, Dolly Ma est photographiée avec ses enfants, Sylvester, Stallone, Rambo et d’autres. Étant donné son beau costume trousseau avec tous les somptueux tissus de dentelle et de satin, j’ai pensé que ce serait bien de jouer avec l’idée d’un goûter. Amanda l’a vue comme Dolly Ma pendant son temps libre à la maison. J’aime beaucoup les interprétations différentes. Quoi qu’il en soit, ce fut un honneur de peindre cette merveilleuse femme et ce ne sera certainement pas la dernière fois.
“Cimitière”
16×20″ huile sur lin
Modèle: Russell “Rusty” Grant @russell.grant.7731 de @mokosomokow

Le Baron du Cimetière aka Baron/Bawon Cimitière, superbement représenté par Russell Grant et conçu par Alan Vaughan
 @mramokosomokow du groupe moko jumbie Old Mas, Moko Somokow.

Saviez-vous que le zombie est originaire d’Haïti au XVIIe siècle ? Ce mythe est né de l’esclavage, comme beaucoup de nos traditions et mythologies. Les esclaves haïtiens croyaient qu’à leur mort, leur esprit retournerait en Afrique pour y être libre. Le pire sort imaginable serait de rester piégé pour l’éternité dans leur corps. C’est là qu’interviennent les barons, qui, bien qu’ils soient des divinités de la mort intimidantes, sont également chargés de prévenir de tels destins. Le baron Cimitière, en particulier, est le gardien du cimetière et il veille à ce que les morts restent morts et ne soient pas réanimés pour souffrir et terrifier les vivants. (Si le folklore et la mythologie vous intéressent, je vous recommande vivement de faire des recherches sur les Loa haïtiens et les barons en particulier) Le carnaval de Trinidad est également né de l’esclavage, ou plutôt de sa fin. Lorsque des personnes qui avaient été réduites en esclavage toute leur vie ont enfin été libres de s’exprimer dans le cadre d’une célébration, elles l’ont fait d’une manière riche en art, en profondeur, en souvenirs et en intériorisation de traumatismes qui se sont ensuite transformés en la célébration la plus significative à laquelle j’ai jamais eu le privilège d’assister. Je trouve merveilleuse la façon dont les personnages du Vieux Mas servent de bastions du souvenir et du respect des origines de la culture. Chapeau à Alan pour avoir trouvé ces points communs entre Haïti et Trinidad et les avoir unifiés de cette manière profondément belle.
“Eos”
12×16″ huile sur carton

Je suis vraiment fière de cette peinture, je vais juste le dire. Je m’entraîne tranquillement avec des pinceaux à poils depuis l’incroyable retraite artistique d’Udaipur où j’ai fait tant d’amis et où j’ai beaucoup de bons souvenirs. À tel point que même si j’ai eu du mal avec les pinceaux lors de l’atelier et que ma peinture était nulle, je suis repartie très encouragée et motivée (Suchitra et Pramod ont une façon merveilleuse de vous aider à laisser votre ego derrière vous et à vous concentrer sur la joie d’apprendre). Aujourd’hui, j’ai enfin l’impression que je commence à saisir le potentiel de ces pinceaux et les délicieux coups de pinceau texturés qu’ils donnent si on arrête de leur en vouloir et d’attendre d’eux une grande précision. C’est comme tirer furieusement sur une poignée de porte pour découvrir que vous auriez dû la pousser.

Cette peinture a été réalisée entièrement avec des pinceaux en soie, c’est pourquoi je suis si heureuse. Chaque coup de pinceau était une découverte et a éveillé beaucoup plus de curiosité. Je ne l’ai pas maîtrisé, loin de là, mais je suis enthousiasmé par les possibilités.

“The Easter Bonnet Squad” SOLD 12×16″ huile sur toile
“En Masque”
12×12″ Huile sur lin apprêté avec @saltilingo Tekel “Salti” Sylvan de @mokosomokow (actuellement exposé à @horizons_art_gallery
pour l’exposition solo “Magical Realism”.

Le Moko Jumbie est un échassier originaire d’Afrique de l’Ouest qui est devenu un élément incontournable du carnaval de Trinbagon. Les échasses, mieux connues sous le nom de bâtons par les artistes, mesurent généralement entre 1,80 et 2,50 mètres, ce qui leur permet de se déplacer comme de majestueuses créatures exotiques. Nos Trini mokos, en particulier, ne se contentent pas de se déplacer avec grâce, mais dansent dans des mouvements incroyables, défiant la gravité. Salti est l’un de nos meilleurs, à la fois comme danseur sur des bâtons et comme artiste de performance en général. Cette peinture est un souvenir de la première fois que j’ai posé les yeux sur lui, dans les coulisses d’Adam Smith Square pour le concours individuel de mas traditionnel. J’étais impressionnée par sa créativité et je ne pouvais m’empêcher de regarder son maquillage (qu’il avait fait lui-même !). J’ai adoré le concept d’un masque qui s’ouvre pour en révéler un autre en dessous, que le masque lui-même soit son vrai visage. Beaucoup de nos artistes ont le sentiment que le carnaval est le moment où ils peuvent être qui ils sont vraiment.

La magie est leur réalité et elle pourrait être la nôtre aussi. La culture appartient à chacun d’entre nous, nous devons juste tendre la main et la réclamer.

“Elixir”
16×20″ huile sur toile apprêté
Modèle: @whitney_trinimua Whitney Prescott

La magie des plaisirs simples. Mon élixir est souvent une tasse de thé chaud, quel est le vôtre ?
“Perfumed Garden”
14×18″ huile sur toile apprêté
Model: Tishara Menzies @instishara
MUA: @whitney_trinimua

Voici l’une de mes peintures sur le thème des contes de fées exposées à la galerie d’art Horizons dans le cadre de ma récente exposition “Réalisme magique”. À l’origine, nous avions prévu de faire un photoshoot de vêtements indiens avec un ohrni (vous verrez certaines de ces peintures plus tard). Mon modèle, Tishara, s’est présentée avec les cheveux défaits et ses traits elfiques ressortaient tellement que nous avons commencé à jouer avec le maquillage de la princesse Jasmine et des idées d’histoires. Au fil de la journée, une image, plutôt qu’une histoire complète, a commencé à prendre forme dans mon esprit. Cette image était celle d’une princesse, dans un jardin nocturne, baignée par le clair de lune alors qu’elle cueille des fleurs pour un rituel sacré. C’était la partie facile. L’habillage, la séance de photos, la présentation des idées sont toujours les moments où l’inspiration et l’excitation débordent. La peinture proprement dite s’est avérée être un véritable défi. C’est l’une des pièces les plus détaillées que j’ai réalisées et j’ai fait de mon mieux pour faire preuve de retenue dans ces détails – pour soutenir mon centre d’intérêt et ne pas le distraire. J’ai beaucoup appris de ce processus de peinture, qui a servi de référence pour le reste de l’exposition. Cette peinture m’a également fait réaliser à quel point j’aime les surfaces métalliques et réfléchissantes – une occasion de me lâcher et de jouer. J’espère que cette image vous permet de vous évader un peu et que vous pouvez ajouter à son histoire avec moi.

Suivez Marissa sur ses réseaux >

✽ Instagram

Vous avez aimé cet article ? Faites-le nous savoir !

TAG :

#Caribeart #CaribbeanArtist #Caribbean #Caribe #MarissaLeeYung #TrinidadAndTobago #Trinidad #Impressionistpainting #Caribbeanfemaleartist #Trinidadianart #Oilpaint #Portraits #Identity #Culture #Study #Diaspora #Realism #Womenartists #Culture #People #Art #Artistes #Artist #Digital #Blog #Magazine #Mag #Webmag #New #English #Espanol

Recommended Reads
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *