fbpx

Caribeart

Webmagazine about Caribbean Arts. Don’t miss out our news : Sign up

ADVERTISE           CALL FOR SUBMISSION           DONATE ♥︎ 

Shari Phoenix est une artiste de 23 ans originaire de la Barbade qui affronte les stéréotypes liés à l’identité collective noire en créant des représentations visuelles “grotesques” provocantes, qui poussent le spectateur à repenser ses idéaux de beauté.

Initialement orientée vers une carrière scientifique, sa passion pour l’art s’est révélée évidente et elle a poursuivi ses études d’art au Barbados Community College.

C – Pourriez-vous nous parler du concept de ” grotesque “, de son origine et de la manière dont vous souhaitez le développer ? Quelles sont vos inspirations ?

S – L’idée du grotesque est venue de la caractéristique de la caricature raciale noire lorsque je me penchais sur la représentation des Noirs en deuxième année du programme de licence au Barbados Community College. À l’époque, j’avais du mal à justifier l’utilisation de la caricature dans mon travail. À partir de là, j’ai commencé à faire des recherches sur les qualités de la caricature et j’ai découvert l’exagération des caractéristiques de la caricature, ce qui m’a conduit à la découverte du grotesque. J’ai poursuivi mes recherches sur le grotesque et j’ai découvert le réalisme grotesque et le carnavalesque, deux théories de Mikhail Bakhtin.

Le travail a ensuite évolué vers l’exagération des pièces de costume qui déconstruisent et remettent en question l’idée de la beauté idéale et de la perfection à travers la forme la plus naturelle de l’être humain. Je ne suis pas sûre qu’il puisse se développer plus qu’il ne l’est actuellement, mais qui sait, je devrais peut-être voir où le travail me mène. Je dirais que mon expérience en tant que jumelle est l’une de mes plus grandes sources d’inspiration, tout comme le fait de lutter contre l’idée que si je n’ai pas une certaine apparence, je ne suis pas belle ou magnifique, et je pense que c’est un problème auquel beaucoup de femmes noires sont confrontées. S’accepter belle, comme on est.

C’est une tentative de récupérer la puissance de nos traits qui ont été pris pour nous ridiculiser. Pas seulement nos traits, mais nos paroles et nos actions.”

C – L’une de vos séries les plus controversées, “I am not your Nigger”, met l’accent sur la racialisation des traits noirs, par le biais de bouches et de nez exagérés et déformés. Avez-vous été influencé par la littérature de James Baldwin ?

S – Je connais James Baldwin mais je ne suis pas très familière avec sa littérature, il va falloir que je change cela. J’ai vu certaines de ses interviews et ses mots me touchent toujours. Je veux que mon travail amène les gens à réfléchir à leur identité noire. J’espère que mon œuvre radicale sera efficace et émouvante, et même si elle ne l’est pas, je veux qu’elle marque l’esprit des spectateurs. Je veux qu’ils ressentent quelque chose. On peut dire que c’est une réponse à la caricature qui a été faite de Serena Williams.

C’est une tentative de récupérer la puissance de nos traits qui ont été pris pour nous ridiculiser. Pas seulement nos traits, mais aussi notre discours et nos actions. En récupérant ces formes de négritude, j’espère qu’elles n’auront plus d’emprise sur nous.

“Cette pièce expérimente l’utilisation de la caricature noire raciste ainsi que mes costumes pour ne pas respecter la représentation classique de la blancheur, de la même manière, ils utilisent ces mêmes caricatures contre nous. Par exemple, la caricature de Serena Williams lorsqu’elle a cassé sa raquette de tennis ou les images d’Obama en singes.
Cette pièce tente de faire réfléchir les gens sur ce qu’ils font lorsqu’ils utilisent des images racistes pour attaquer les personnes noires. Si je faisais cela à “Mona Lisa”, seriez-vous indigné ? Si je faisais cela à “La fille à la boucle d’oreille de perle”, seriez-vous en colère ? … Et nous ne devons pas être en colère quand vous dégradez une fresque murale promouvant que nos vies comptent ? Quand on jette de la peinture sur le panneau d’affichage de Breonna Taylor ou qu’on défigure la fresque de George Floyd ?

Nous combattons le feu par le feu à ce stade. Si c’est un succès ou non, à vous de me le dire. Donnez-moi votre avis dans les commentaires.

Sur une autre note… en dehors du concept… Je pense que cette peinture est absolument magnifique et je l’aime tellement et je sais que les images sont des déchets absolus mais heyyyy tel est la vie” – poste instagram de Shari Phoenix.

C – La série “Are you offended yet”, qui utilise le blackface pour perturber le confort, confronte le ridicule et le processus de destruction en insérant des masques dans des peintures classiques, et en inversant le scénario pour remettre en question la Blancheur – qu’est-ce qui a inspiré ce processus ?

Colère et frustration. Je suis une personne très émotive, ce qui tend à guider mon travail. Cette série a été créée pendant la manifestation contre George Floyd aux États-Unis. À cette époque, des peintures murales et des sculptures le représentant, ainsi que Breonna Taylor, ont été dégradées et détruites. J’étais si bouleversé que je me suis dit : ” Ort, si c’est ce que vous faites tous, je vais combattre le feu par le feu “. Va te faire voir maintenant. J’étais tellement en colère. D’où le titre “Are you offended yet ?” Je voulais que le public soit consterné et dégoûté. Je veux qu’il comprenne ce qu’on ressent lorsqu’on fait subir cela à nos représentations de la négritude.

“Like “Are you offended yet” this piece is a response to vandalizing images and murals celebrating black lives and black success and power. was thinking about naming this “try to ignore this” but unsure atm”

5 – Vous êtes basé à la Barbade. Comment la culture caribéenne influence-t-elle votre travail ?

Oui, la culture caribéenne influence mon travail, la culture du carnaval caribéen étant la plus grande influence, surtout en ce qui concerne la création de costumes. Grâce à mon éducation, j’ai été exposé aux événements de Crop over, car de nombreux chefs d’orchestre sont venus chez moi pour demander à mon père de confectionner des costumes pour le matin du premier jour et le grand kadooment. Je crois que c’est ainsi que mon travail a fini par aboutir au costume.

Suivez Shari sur ses réseaux sociaux >

✽ Instagram

Vous avez aimé cet article ? Faites-le nous savoir !

TAG #Caribeart #CaribbeanArtist #Caribbean #Caribe #Caraibes #Barbados #Emergingartists #JamesBaldwin #Iamnotyournegro #Blackface #Visualactivism #Peintre #Paint #Painter #ShariPhoenix #PoliticalArt #Art #Artistes #Artist #Heritage #SisterIslands #Culture #Metisse #Colonie #Identity #Colonialhistory #collectiveidentity #Stereotypes #International #Exposition #Digital #Blog #Magazine #Mag #Webmag #Nouveau #New

Recommended Reads
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *