fbpx

Caribeart

Webmagazine about Caribbean Arts. Don’t miss out our news : Sign up

ADVERTISE           CALL FOR SUBMISSION           DONATE ♥︎ 

La sélection de cette semaine qui nous ai proposée par David Démétrius est une ode aux femmes noires et à leurs héritages. Poèmes chantés, dansés, coiffés nous sont transmis par le biais du septième art, et divulguent les narratives de celles que la société ne veut pas entendre, les positionnant comme éléments centraux de ces tableaux vivants.

Ewurakua Dawson-Amoah, artiste multi-disciplinaire d’origine gahnéenne / sainte-lucienne est à l’honneur ici. Elle fusionne ses talents de musique et d’écriture en prenant la direction de Gold Token et To The Girl That Looks Like Me, dans lesquels elle encourage la pleine conscience de l’héritage ADN, matériel et immatériel.

Film Gold Token, réalisé par Ewurakua Dawson- Amoah, produit par Adrian Sobrado,
chanté par Haiku, Yeimy Castillo et Ewurakua Dawson-Amoah.

To The Girl That Looks Like Me, réalisé par Ewurakua Dawson-Amoah et mettant en vedette
Amanda Dawson-Annan, Gabrielle Barlatier et Julie Kristensen

Les esthétiques et l’univers explorés nous rappelle celui du film Daughters of The Dust (1991) de la réalisatrice afro-américaine Julie Dash, pionnière du cinéma afroféministe américain. On y retrouve les robes volantes blanches/pâles; les phases dansées; la quête de l’identité à travers l’héritage légué par les ancêtres; et surtout la volonté de raconter les histoires de femmes noires et proposer des modèles de sororité noire, paliant ainsi les disparités dans les représentations à l’écran.

Dans son film Julie Dash cherche également à restituer le dialogue intergénérationnel, la parole des anciens dans la vie de communauté, et notamment celles des anciennes. Ambition que l’on retrouve dans le dernier film de cette sélection, Àṣẹ réalisé par Anthony Prince Leslie.

Àṣẹ dans la langue yoruba signifie âme, lumière, esprit et bonnes ondes, et c’est dans cette atmosphère que le réalisateur nous transporte. L’accent est mis sur les relations, la famille, les liens de sang mais organisée sous un ordre que l’on pourrait dire matrifocal; le tout dans un décor hybride, mêlant les cultures noires traditionnelles et modernes.

Àṣẹ réalisé par Anthony Prince Leslie.
Recommended Reads
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *