fbpx

Caribeart

Webmagazine about Caribbean Arts. Don’t miss out our news : Sign up

ADVERTISE           CALL FOR SUBMISSION           DONATE ♥︎ 

Sortie en 2011, Black is a Revolutionary Act de Akinyele Omowale Umoja a fait l’objet de nombreuses controverses depuis sa parution. Le livre avait pour vocation de “révéler les plus gros problèmes que doivent affronter les femmes et les hommes noires dans leurs relations amoureuses” en se basant sur les obstacles historiques que le concept de Black Love a dû surmonté et en y analysant les conséquences directs/indirects sur la construction de ces relations. Si de nombreuses critiques ont dénoncées la vision binaire, hétéro-normative, et hétéro-patriarcale de l’auteur sur le sujet, elles tombent quand même d’accord sur le fait que le titre pointe une réalité indiscutable.

Une révolution à différentes échelles qui inspire et fait réfléchir les artistes, curieux-ses de creuser le concept, de le documenter, et de chercher à le transmettre sous sa forme la plus pure.

Dans cette sélection de vidéos généreusement partagées par le curator David Démétrius, les artistes de cette semaine nous racontent différents récits autour du Black Love, rajoutant de nouvelles pistes à celles déjà explorées.


Loving est un docu-short intime qui partage les réflexions de cinq femmes noires autour le l’amour et de ce qu’il implique de le ressentir. Projet de la réalisatrice” barbadienne/jamaïcaine Aliyah Hasinah, on y reconnait son approche poétique et engagée.


Avec Motherhood Anna Fearon nous retransmet des témoignages centrés sur la maternité, mettant en scène des mères afro-descendantes dans des décors floraux, inspirant paisibilité et abondance.


Bantù Mama, sélectionné pour la 16e édition du Trinidad + Tobago Film Festival est un film de Ivan Herrera, qui ne nous est pas étranger chez Caribeart ( Article Focus : Derrière l’objectif d’Ivan Herrera). Dans ce court-métrage, il est question de l’amour porté à la famille que l’on choisie, et de la construction du self-love dans un contexte social compliqué.


Comme une fin de soirée, on clôture cette sélection par une bande-son qui nous transporte vers Ayiti chéri, dans un kolé-séré sensuel et mélodieux pour la sortie de la nouvelle collection de tricot réalisée par styliste d’origine haïtienne Azède Jean-Pierre.

Recommended Reads
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *